top of page

Jugendhilfe
aktuelle Projekte

Transatlantic Network Against Extremism (TransNex)

Durée : de juillet 2023 à décembre 2024

​Projektpartner:

  • SOCLES Centre international d’études socio-légales, Heidelberg/Berlin

  • Réseau canadien des praticiens pour la prévention de la radicalisation et de la violence extrémiste (RCP-PREV)

SOCLES_Logo_Subline_150dpi_RGB.jpg
CPN PREV logo.png

Partenaires associés

  • Organisation pour la prévention de la violence (OPV)

  • Heure d’arrivée estimée (EST)

  • Moonshot

  • Université McGill, Division de la psychiatrie sociale et culturelle (Prof. Cecile Rousseau)

  • Deutsches Jugendinstitut e.V. (DJI)

  • Clinique universitaire d’Ulm Clinique de psychiatrie/psychothérapie pour enfants et adolescents

Personnes ou groupes difficiles à atteindre

La prévention des processus de radicalisation, de l’hostilité envers les groupes ainsi que de la violence extrémiste repose, outre l’engagement et la motivation, sur des relations professionnelles basées sur la confiance. Pour les professionnels de la prévention, de la déradicalisation et du désengagement, la question est de savoir comment atteindre les personnes et les groupes qui, en raison de leurs convictions idéologiques, s’isolent ou se coupent de certains aspects importants de la communication dans la société. Les voies d'accès les plus diverses sont discutées et testées.

 

Ainsi, les professionnels des domaines les plus divers (par exemple l’aide à l’enfance et à la jeunesse, l’exécution des peines, le secteur de la santé et les autorités publiques) entrent en contact, dans le cadre de leur travail quotidien, avec des personnes qui défendent des convictions antidémocratiques et/ou méprisantes ou des récits de conspiration. Les relations professionnelles qui en résultent peuvent constituer un point de départ ou d’ancrage essentiel pour le travail de prévention, de déradicalisation et de désengagement des organismes spécialisés de la société civile.

Entrer en contact

Parallèlement, le comportement des professionnels des différents domaines interagit de manière complémentaire avec les perceptions de leurs clients. Bien que ces relations soient difficilement mesurables, la recherche indique qu’elles peuvent avoir une influence consciente ou inconsciente sur les processus de radicalisation. Par contre, les professionnels manquent souvent des connaissances et de l’assurance nécessaires pour agir avec des personnes qui se trouvent dans un processus de radicalisation ou qui ont des convictions extrémistes. Par conséquent, ils peuvent se sentir mal à l’aise, voire incertains, dépassés ou découragés et ont besoin de soutien. Des approches visant à approfondir et à améliorer la mise en réseau entre le travail de prévention, de déradicalisation et de désengagement spécialisé et les professionnels d’autres domaines sont en cours de développement (cf. projet RaFiK, analyse des besoins en matière de prévention de l’extrémisme Bedarfsanalysen Extremismusprävention)).

Alternativement, l’accès aux personnes ou aux groupes difficiles à atteindre peut être obtenu par le biais de l’outreach. Pour ce faire, les professionnels spécialisés dans la prévention, la déradicalisation et le travail de désengagement doivent généralement surmonter un certain nombre d’obstacles chez les clients potentiels, notamment des expériences négatives antérieures et le manque d’informations, ainsi que le repli sur soi et la méfiance qui en découlent. La mise à disposition de services à bas seuil facilement accessibles et l’activation de membres de la famille ou d’autres personnes de l'entourage qui jouent le rôle de « personnes clés » constituent des approches prometteuses.

En outre, une multitude d'autres possibilités d'accès aux personnes ou aux groupes difficiles à atteindre sont discutées et mises en pratique. Toutefois, les connaissances basées sur la recherche concernant ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas sont encore rares.

 

Objectif du projet

C’est pourquoi TransNex veut réunir l’expertise déjà existante sur les questions d'accès au Canada ainsi qu’en Allemagne/Europe. Dans le cadre de la phase pilote de 18 mois du projet, un réseau transatlantique d’experts issus de la pratique, de la science et de la politique sera mis en place afin d’échanger des connaissances spécialisées, d’organiser des formations et d’évaluer le statu quo et les mesures expérimentées. Grâce à la perspective internationale d’un réseau transatlantique, les développements prometteurs dans le domaine de la prévention, de la déradicalisation et du désengagement seront mis à la disposition du discours et de la pratique au Canada et inversement.

L’objectif après le projet pilote est d’élargir constamment les connaissances et les expériences, en particulier en ce qui concerne le développement du réseau entre les acteurs de la société civile spécialisés dans le travail de prévention, de déradicalisation et de sortie de crise et les professionnels d’autres domaines. Le réseau international doit créer un espace de coopération et d’échange et contribuer ainsi à une compréhension partagée entre les professionnels, les enseignants et les chercheurs. Parallèlement, TransNex doit constituer une plateforme pour les décideurs politiques afin qu’ils puissent discuter de nouvelles approches et de nouveaux programmes innovants.

Pour atteindre ces objectifs, le SOCLES, le CPN-PREV et les partenaires associés au projet organiseront dans un premier temps, en 2024, trois ateliers en ligne d’une demi-journée et un symposium de trois jours au Canada, qui aborderont différentes questions relatives à l’accès des personnes et des groupes difficiles à atteindre.

 

Dates

Les trois ateliers se dérouleront en ligne les 15 juin, 17 septembre et 15 octobre 2024. Le symposium final aura lieu du 11 au 13 décembre 2024 au Canada.

Financé par:

Fonds pour la résilience communautaire du Ministère de la Sécurité publique, des Institutions démocratiques et des Affaires intergouvernementales du Canada.

 

Contact :

Leon A. Brandt

T +49 163 926 51 95

brandt@socles.de

bottom of page